Si vous avez découvrert l’intérêt du mentorat, pour l’organisation comme pour les protagonistes, dans le premier article de cette série, peut-être vous demandez-vous à présent comment se déroule le processus dans le détail.

Avant de découvrir les 5 étapes du mentorat, arrêtons-nous tout d’abord sur le temps total de la relation mentor / mentoré. On estime que le processus dure en moyenne de 9 à 12 mois, ce qui laisse généralement suffisamment de temps au mentoré pour atteindre l’objectif qu’il s’est fixé lors de son entrée dans le programme. Comme nous le verrons, les rencontres durent de 60 à 90 minutes et ont lieu toutes les 3 à 4 semaines. L’investissement en temps, pour les mentors et les mentorés, est donc mesuré, ce qui participe à son formidable ROI.

1. La mise en place du binôme mentor/mentoré

Le processus de « matching », anglicisme utilisé  pour décrire la création du binôme, diffère selon les organisations. Il se déroule le plus souvent en 3 étapes. Dans un premier temps, des réunions d’information permettent de sensibiliser les potentiels mentors et mentorés aux avantages du mentorat et de recevoir les candidatures des personnes intéressées, détaillant leurs motivations. Les personnes sélectionnées participent ensuite à une deuxième réunion, sous forme de « speed-meeting », par exemple. Mentors et mentorés vont ainsi pouvoir échanger, se choisir respectivement et signer une convention qui attestera de leur engagement dans le processus. Vient enfin la troisième étape, celle de la formation des participants. Elle permet de fixer des « règles du jeu » communes, les responsabilités de chacun et le cadre dans lequel l’organisation souhaite que se déroule le mentorat. 

2. La phase de découverte mutuelle

Il s’agit tout à la fois de la découverte de son partenaire et de celle de son propre rôle de mentor ou de mentoré. Cette phase d’introduction offre aux participants le temps nécessaire pour créer un climat de confiance, reconnaître leurs zones de compatibilité (personnalité, expérience, culture …) et explorer l’objectif. Cet objectif s’affinera d’ailleurs très probablement à ce moment-là.

C’est aussi à ce moment qu’ils définiront les aspects pratiques de la relation tels que les lieux de rendez-vous, les horaires ou encore les moyens de se contacter.

3. La phase de développement de la relation

Cette troisième étape est la plus longue du processus de mentorat. La relation se développe, cultivée par le binôme. Le mentoré profite déjà indirectement des conseils, de l ’appui et de l’expertise du mentor. Il sent qu’il entre en phase d’apprentissage effectif. 

Le mentor, quant à lui, s’intéresse au contexte du mentoré et à ses compétences pour l’aider à identifier les actions appropriées pour atteindre les objectifs professionnels définis au début.

Le mentor envisage les premiers défis stimulants à proposer au mentoré.

4. La phase de mentorat effectif : le coeur du travail 

Le mentor met l’accent sur ses attitudes de facilitation et de confrontation du mentoré. Son objectif est de l’amener progressivement hors de sa zone de confort. Le doute, la remise en question de certains biais génèrent de nouveaux apprentissages et élargir les horizons du mentoré.

Le binôme explorent des options, des scénarii qui vont accélérer le développement du mentoré.

Le mentor peut alors, avec respect et bienveillance, remettre en question certaines stratégies choisies par le mentoré et le questionner pour approfondir, apporter d’autres éclairages ou proposer des alternatives. 

5. La phase de clôture de la relation

Le processus de mentorat touche à sa fin. Le mentoré devient plus autonome, plus indépendant et travaille à redéfinir d’autres objectifs de développement professionnel. La relation se redéfinit sur des bases plus égalitaires.

Il est temps de faire un bilan et d’étudier les enjeux liés à la séparation binôme, un dernier plan d’action, voire de poser les bases d’une nouvelle relation de soutien mutuel, si le binôme le souhaite.

Conclusion

Nous avons vu ensemble les avantages du mentorat et son déroulement pour le binôme mentor-mentoré. Dans notre prochain article, nous nous intéresserons à la mise en place effective d’un programme de mentorat en entreprise.

Si vous avez des questions, n’hésitez à nous poser dans les commentaires, nous ne manquerons pas de vous répondre !

D’autres articles qui pourraient vous intéresser : 
Le mentorat, un accompagnement à forte rentabilité (1/5)